Philippe Séranne et la résidence

En plus d’être chanteur, Séranne est un inspirateur inspiré « en apesanteur ». Il suffit qu’il lance une idée – même la plus folle – pour que celle-ci voit le jour. Voyez un peu : il imagine une scène sur l’eau à la Ferme du Faï (Le Saix), quelques temps après, le festival naît de la construction de cette scène. H-F n’entrera donc pas pour l’instant dans les profondeurs de son univers mais évoquera ici son rôle de pilote de la création, qui fait aussi la spécificité de FestiFaï.

 

Cette année, le thème de la résidence est le temps. Pourquoi ce choix ; peux-tu un peu détailler ?

En fait, cette idée part d’un manque d’idées. A ce moment, j’étais sur ma tournée « Le Temps des gens » et Aline [conseillère artistique] a proposé que ce soit ce même thème.  Mais je voulais éviter que FestiFaï ne tourne qu’autour de Philippe Séranne, donc on a gardé « Le temps ».

Oui, et finalement ce thème est assez large…

Ce qui m’a plu avec le thème du temps, c’est également le rapport au train : le train a un rapport au temps assez compliqué. C’est réglé comme du papier à musique et ça passe son temps à être en retard. De surcroit, le temps c’est aussi le bon vieux temps, l’autrefois et ceci c’est un truc très fort dans le Veyn’art.

Y-a-t-il une dimension future aussi ?

Alors, dans le Temps des Gens, oui ! Mais ici, ce que j’ai proposé aux autres chanteuses c’est de travailler sur la notion de présent. D’où le titre de notre création « Chansons pour arrêter le temps ». L’idée est que la musique, la chanson, la poésie sont des moments qui permettent d’arrêter le cours du temps.

On a remarqué que le lieu avait une extrême importance dans le festival ainsi que dans ta propre pratique artistique. Le fait de le faire au Faï, de revenir sur ce lieu à l’origine de FestiFaï conserve-t-il toujours cette importance ?

Absolument ! FestiFaï ça vient du Faï ! Ça faisait 3 ans qu’on n’y était pas, quel pied d’y retourner ! Pour moi, c’est un lieu énergétique central. J’espère qu’il n’y aura pas d’orage ni de vent du Nord ce soir-là, j’espère qu’on va vivre un bon moment là-haut et que ce sera un renouveau pour le travail avec le Faï.

Votre création s’entoure cette année de danseurs. Est-ce pour créer un effet particulier ? En quoi cela peut-il s’allier à la chanson ?

Le Faï est un lieu pour moi très visuel, très graphique. Il y a bien sûr la scène sur l’eau, mais pour moi c’est l’ensemble qui est l’espace scénique. Pour des chanteurs c’est difficile d’investir le reste de l’espace car on est bloqués par nos micros, nos instruments ; finalement on est assez peu mobiles. Et la liberté des danseurs, c’est de pouvoir aller partout. J’ai envie qu’ils donnent vie à cet espace élargi.

 

Cela fait à présent 4 ans au moins que la formule « résidence-> création » constitue le principe-clé du festival. Est-ce qu’on travaille toujours pareil d’années en années ?

Ça fait plus que 4 ans, c’est en fait depuis le début car le festival est né de cette idée – rassembler différents artistes pendant un temps pour créer un spectacle. Il y a bien sûr des évolutions, je dirais qu’il y a eu 3 temps : les deux premières années où je m’étais contenté de mettre en tas des artistes et d’allumer le feu dessous me disant ça va cuire tout seul. Ça marche, mais par la suite, on a fait venir Xavier Lacouture pendant 2 ans où j’ai appris des techniques pour aller plus loin que mélanger des ingrédients et savoir construire un spectacle à partir d’univers très différents, grâce notamment à un thème mais aussi à une manière particulière de se préparer pour la résidence. Depuis que Xavier n’est plus là, je continue sur la lancée, parfois avec l’aide artistique d’un autre musicien comme en 2014 où j’avais confié les clés musicales à Mickaël Paquier [batteur], parfois avec moi-même pilotant le projet – ce qu’on fait ici pour la 2ième année. Ce qui est particulier cette année, c’est l’accent sur la voix : ce sont avant tout des voix que l’on va mélanger.

Donc tu as choisi tout d’abord des « voix » pour FestiFaï 2017 ?

Tout à fait.

 

IMG_3277
« On commence à voir se dessiner les limites de chacun et les tempéraments! » Line, résidence J2

 

Et le fait que cela soit uniquement des voix féminines ?

Peut-être parce que les filles chantent mieux ! Non ça c’est vraiment une connerie [rires]. Ceci dit, curieusement, il y a beaucoup de garçons qui font de la chanson en ayant très peu de vocal et chez les filles, bien souvent, la voix est plus investie et sont celles qui ouvrent des portes complètement nouvelles. Dans la chanson en particulier, on considère souvent que le texte est le plus important, pas la voix, et il y en a quand même beaucoup qui font l’impasse dessus. Et puis bon comme moi je n’aime pas les chanteurs qui ne chantent pas, j’ai tendance à inviter des gens qui ont quelque chose dans la voix! Enfin, c’est loin d’être le critère premier mais on a toujours eu plus de garçons que de filles donc si pour une fois on peut avoir plus de filles que de garçons, ce n’est pas plus mal !  La première dont j’étais sûr d’inviter était Elsa car il y a quelque chose au niveau de la voix que j’avais envie d’expérimenter. Assez vite, j’ai pensé à Line car Delphine Coutant m’en avait beaucoup parlé mais j’ai beaucoup hésité car elle n’arrive pas avec un univers d’auteur même en écrivant beaucoup, on est pas dans la chanson; mais tant mieux! Ca m’a fait hésiter par rapport à d’autres personnes, je voulais inviter Eric Toulis, un humoriste et c’est ça qui me manquait cette année, un « gros débile », un « déconneur », un personnage qui a un peu tendance à l’exagération quoi ! Et Katrin, c’est de la délation: Xavier Lacouture qui a travaillé sur la mise en scène de son spectacle et qui m’a dit « elle est super » ! J’avais déjà repéré quelque chose de très original en elle et comme en plus, j’adore le violoncelle, instrument dont elle joue hyper bien, ce sera notre 5ème voix.

Et toi, finalement,  quel est ton rapport au temps : en retard, en avance, pile à l’heure ?

Alors je dirais que j’ai un côté hyperactif et je suis toujours à la recherche de moments d’intensité. Par exemple, ce que je trouve génial dans une chanson, c’est que tu concentre en 3mn, 1000h de travail. J’adore tout ce qui concentre le temps, on voit ça beaucoup dans un film, ou même une œuvre d’art en général, partout où le talent s’exprime finalement. Une belle baraque, un bon plat… ; c’est de la concentration de temps et de talent !

 

IMG_3265
Prof et élève? Ca se saurait! Ci-dessus, expérimentation d’une partition pour trombones sans trombones (et des voix à la place!)

 

Publicités

Un commentaire sur « Philippe Séranne et la résidence »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s