La Rotonde, késako?

La Rotonde, lieu de concert du 23 juillet, est l’ancien emplacement de garage et réparation des trains; un cercle où défilaient wagons et locomotives sous une grande coupole. Il en existe encore, comme à Chambéry. Celle de Veynes, cependant, a été détruite en 1971 et a suscité beaucoup d’émotions; comme le témoigne ses quelques extraits…

[merci à la compagnie Dernière Minute pour ses extraits choisis!]

 

6 novembre 1971, la dernière rotonde de la région méditerranée part en fumée. Certes, elle était en mauvais état, mais elle était l’un des symboles de la gloire du PLM 36 voies et…72 fenêtres pour 80m de diamètre.

 Le personnel est utilisé à la démolition des locomotives…et là, y’a pas que la rotonde qui est abattue !… Roger Marrou, cheminot veynois (dit La Repi) en a fait un poème intitulé « la fin d’un règne » :

« La fin d’un règne

Ce lent écroulement leur rappelait soudain

Celui que les trompettes chantèrent avant combat

Bien des siècles en arrière, au bord du Jourdain.

Mais ce soir ne sonnait que le bronze d’un glas

Un airain qui pleurait sur une sépulture,

Des songes envolés, un règne qui s’achève.

Des illusions perdues que des foulées impures

Inexorablement repoussaient vers le rêve.

Puis la dernière pierre tomba comme lassée

Suivie par des regards perdus loin dans le temps

Qui tentaient de chercher les traces du passé,

Ce passé qui fuyait déjà depuis longtemps

Comme un vieux souvenir, un conte trop usé

Au passage des ans, et qui s’oublie bien vite.

Une larme brilla en goutte de rosée

Puis coula doucement sur une face cuite.

Il ne restait plus rien du colosse de pierre.

Rien qu’un immense vide emplissait le regret.

Là-haut dans le ciel bleu où planait la poussière

Un ange pris son vol ,bouté par le progrès.

Les yeux se détournèrent sur le gris du chemin

Où passaient lentement les fantômes ternis

d’une ère révolue que la main du destin

Refoulait sans pitié vers l’éternelle nuit…

Le long piétinement d’un groupe soudain las,

S’en allait tristement suivant une autre vie,

Foulant une autre route où résonnent les pas

De ceux qui auraient maudit cette lente agonie

Et le dépôt SNCF tomba… « 

 

IMG_0833
Dans le Veyn’art ensoleillé: la nostalgie jusqu’au bout

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s